D.F.C.F 67-040

 

   Remonter

   


Le moteur de recherche 100% alsacien

 

Isolées au milieu des bois du Schlossberg, se dressent les ruines du château de Hohenbourg. Construit au XII° siècle par Conrad de Hohenbourg, le château fut l'objet de nombreux litiges familiaux qui débouchèrent sur des conflits sans fin.

D'abord opposé aux Lichtenberg, le Hohenbourg soutint victorieusement en 1442 un siège en règle mené par l'évêque de Strasbourg. Il ne put rien cependant, lorsque l'électeur palatin Frédéric, voulant mater une fois pour toutes ses turbulents vassaux, s'empara tour à tour du Wasigenstein, du Loewenstein et enfin du Hohenbourg dont il confia la charge à Eberbardt Hochwarf. Privé de ses biens, Richard, dernier représentant de la lignée des Puller, finit tristement ses jours. Aventurier sans scrupule, arrêté et jugé en Suisse, condamné à être brûlé vif, il sera exécuté sur la grande place de Zurich.

Après sa mort, l'Empire donna en fiefs, les châteaux de Hohenbourg, de Loewenstein et le Ochsenstein à Margareth Puller de Hohenbourg, épouse de Schweickhart de Sickingen. A la mort de ce dernier en 1504, le château devint la propriété de son fils François de Sickingen qui le transforma sensiblement en y adaptant notamment de nouvelles fortifications favorisant l'artillerie. Malheureusement sa soif d'aventure entraîna la perte de la forteresse. François, partisan de la réforme, se heurta à l'évêque de Trèves, il entreprit de lever une parodie d'armée, composée exclusivement de paysans inexpérimentés qui furent massacrés par Philippe de Hesse allié de l'évêque. Réduit au brigandage, Frédéric de Sickingen, acculé dans son château de Nanstein, fut tué les armes à la main le 3 mai 1523. Les autres places fortes tombèrent à leur tour. Le Hohenbourg fut mis à sac et incendié.

Le 17août 1542, les ruines furent remises à François de Sickingen qui entreprit la construction d'un merveilleux palais, son fils Guillaume poursuivit l'oeuvre de son père. Malheureusement en 1618, éclata la trop fameuse guerre de Trente-Ans, les Sickingen se réfugièrent en Autriche. Ainsi lorsque les troupes suédoises investirent l'Alsace, elles ne pillèrent qu'un château abandonné. Il ne sera détruit définitivement qu'un 1680, miné par les troupes du général de Montclar.

L'activation

06/07/02, en équipage réduit constitué de F5MDW Jean-louis - F6JMI René, après une organisation de dernière minute car pas prévu au programme, le château a été activé et confirmé avec 121 contacts.

Je ne reviendrai pas sur le matériel utilisé, étant le même à chaque activation.

Je vous laisse admirer l'installation de campagne de nos courageux om.

horizontal rule

Porte renaissanceEntréHabitation et pièce troglodyteBarbacaneEscalier dans la rocheEscalier colimaçonTable d'orientation

En ce qui concerne le château ou ce qu'il en reste, l'entrée se fait par les barbacanes (3), admirer l'épaisseur du mur de fortification qui atteint presque 3 mètres à certains endroits.

Après la deuxième porte on arrive dans la cour ou se trouvait l'écurie . Une magnifique porte style renaissance (4) donne accès à la cour intérieure . Au fond de la cour on trouve encore les restes de l'escalier en colimaçon (8), construit en 1587 et qui permettait de monter aux appartements supérieurs au dessus de la cour ainsi qu'une pièce d'habitation . Juste après la porte à gauche se trouve une pièce d'habitation (9) et le puit (5). Au pied du rocher se trouve une pièce troglodyte(1).

L'accès au haut du château (A) ce fait grâce à des escaliers (2) en bois ou taillés directement dans le rocher. Une fois au sommet, une table d'orientation permet de situer beaucoup de lieux proches ou non.

La météo n'étant pas favorable, le panorama photo fut impossible à faire.

Je vous laisse tout de même admirer le château du Fleckenstein.

Consulter le carnet de trafic en .PDF